Content

JUUL quitte l’Europe, en partie.

Cette décision, dont  les employés de l’entreprise ont eu connaissance cette semaine, signifie que des centaines d'employés des pays concernés seront licenciés. En début de semaine, le Wall Street Journal a rapporté que la start-up, autrefois florissante, prévoit de réduire son effectif de 600 à 950 employés, rien que ça. Soit un tiers de ses employés.

Une fois que JUUL cessera de vendre dans cinq pays Européens, sa présence en Europe sera limitée à la République tchèque, à l'Allemagne, à l'Irlande, à l'Italie,à la Pologne, à la Suisse et à l'Ukraine. La Russie et le Royaume Uni sont les 2 plus gros marchés de JUUL hors USA.

Les raisons qui poussent JUUL à quitter ces pays sont variées. Soit les réglementations y sont trop importantes et contraignantes pour pouvoir continuer sereinement, soit les pays sont trop petits et ne justifient pas l’important investissement en temps et en personnel.

Au cours des derniers mois, JUUL a également freiné son expansion sur les marchés hors Europe, en repoussant un lancement en Nouvelle-Zélande et en arrêtant les ventes en Indonésie. La société a également envisagé de quitter la Corée du Sud et a été bloquée en Chine et en Inde. 

JUUL se repositionne donc principalement sur les Etats-Unis, marché qui avait fait sa fortune il n’y a pas si longtemps de ça.

0 commentaires

Ajouter un commentaire